dej créatif à la Cantine le 25 octobre

Posted on

Bonjour !

Ce mois-ci, le collectif expérimente un nouveau format de rencontre : le dej’ créatif.

Jeudi 25 octobre, entre 12h30 et 13h30, venez à la Cantine Numérique avec votre sandwich : on va parler de design, de mise en forme de l’information, bref, de dataviz.

Si vous le souhaitez, vous pouvez nous apporter une dataviz que vous adorez, ou que vous détestez, ou encore qui vous questionne, ou tout simplement que vous avez réalisée.

Ensemble, ce sera l’occasion de discuter, critiquer, et réfléchir autour de plusieurs thèmes :

  • à quoi sert la visualisation de données ?
  • qu’est-ce qu’une bonne mise en forme d’informations ?
  • comment rendre accessible les données complexes ?
  • quelle est la place du visuel dans l’information aujourd’hui ?

Si vous souhaitez vous lancer carrément dans la visualisation de données, c’est possible aussi !

Nous vous proposons par exemple les données open data fournies par Rennes Métropole, comme les données de la bibliothèque et l’opération #biblioviz, mais aussi les prénoms, les transports, les arbres, les budgets…

Alors, que vous soyez designers, graphistes, développeurs, bidouilleurs, curieux, n’hésitez pas à nous rejoindre lors de ce dej !

Entrée libre, pas d’inscription nécessaire.


Une cartographie des jardins potagers des rennais

Posted on

Quelles sont les habitudes potagères des habitants de Rennes Métropole ? Est-ce qu’ils font pousser des fruits et légumes dans leur jardin, est-ce qu’ils échangent leur productions ? Existe-t-il des réseaux de partage de denrées locales ?

Ce sont les questions que se posait Bernadette Kessler, responsable du service Innovation Numérique de Rennes Métropole, lorsqu’elle a proposé au collectif Open Data Rennes et Rennes1720 de réaliser une cartographie collaborative durant l’évènement Viva-Cités, fin septembre.

L’idée ? Afficher une grande carte de la métropole et proposer aux visiteurs de venir ajouter leur contribution, sous forme d’une punaise plantée sur leur lieu -approximatif- d’habitation.

“Alors j’ai des tomates, des fraises, des carottes, ah et aussi de la menthe sur le balcon”

Lorsque les visiteurs approchaient de la carte, deux questions leur étaient posées :

  • Combien de variétés de fruits, légumes et plantes aromatiques cultivez-vous chez vous ?
  • Quel usage global en faites-vous ?

A cette deuxième question nous proposions trois réponses : garder (pour un usage personnel et familial), donner (régulièrement à des amis, collègues, voisins) ou vendre.

Sur les neuf jours de l’évènement, plus de 120 habitants de Rennes Métropole ont participé à l’expérience et apposé leur punaise sur la carte. Une grande majorité de Rennes même, des habitants des communes de l’agglomération, et même quelques visiteurs venus de plus loin qui ont quand même voulu apporter leur contribution… tant que leur commune était visible sur la carte !

La carte en ligne

Une fois Viva-Cités terminé, nous avons numérisé les participations afin de reconstituer une carte en ligne, que voici. (cliquer pour accéder à la carte dynamique)
CarteJardinsOSM

Légende :

De 1 à 5 variétés produites

De 6 à 15 variétés

Plus de 15 variétés

Blanc : je garde / Vert : je donne / Rouge : je vends (cette option n’a jamais été donnée par les participants)
Remarque : compte tenu de l’échelle de la carte d’origine, l’emplacement des points est approximatif. Ils ne pointent pas exactement le jardin de chacun mais restent représentatifs de la rue ou du quartier choisi.

“Bien sûr, je donne quand j’en ai trop. A mes voisins surtout, on s’échange des légumes”

Le panel de participants est trop petit pour pouvoir tirer de véritables conclusions statistiques sur les usages des rennais et de leurs potagers. Néanmoins, au travers des résultats obtenus et de tous les témoignages que nous avons recueillis, nous pouvons tout de même proposer des pistes de réflexion sur le sujet.

De nombreux habitants cultivent des végétaux consommables, en ville comme en campagne, ne serait-ce qu’un pot de thym ou de ciboulette sur le balcon. Nous n’avons eu que peu de visiteurs qui déclaraient ne rien faire pousser chez eux, et les réponses étaient le plus souvent de la forme “j’aimerais bien” ou “je viens d’emménager, mais je vais m’y mettre !”

Ceux qui cultivent peu de produits ont plutôt tendance à les garder pour eux. Même si notre expérience étudiait le nombre de variétés produites, et non pas la quantité, les deux vont souvent de paire. Et cela paraît logique : celui qui ne récolte que quelques tomates dans l’année va les garder pour un usage personnel, tandis que les personnes qui font pousser de multiples légumes auront plus de facilité à donner ou échanger autour d’eux.

Cela suffit-il à expliquer le fait que, d’après nos résultats, les habitants du centre-ville de Rennes ne donnent que peu leurs fruits et légumes ? Pas forcément. L’ambiance urbaine, ne pas connaître ses voisins, ne pas savoir avec qui échanger… sont aussi des pistes à creuser pour améliorer ou créer cet esprit de partage entre les résidents d’une même zone.

Cependant, l’un des quartiers de Rennes s’est fait remarquer lors de notre expérience : Sainte-Thérèse, quartier résidentiel au sud-est de la ville, semble être un lieu très vivant, très potager, où les habitants de “ce petit village”, dixit un de nos visiteurs, se connaissent et n’hésite pas à partager entre eux les fruits de leurs cultures saisonnières. Nous avons d’ailleurs rencontré plusieurs membres de l’association Les Jardins (ou)verts, dont nous avions sans le savoir emprunté le nom pour notre opération. Les Jardiniers cherchent à développer le locavorisme (consommer des produits locaux) et la protection de l’environnement, tout en créant du lien social. Opération réussie au vu des témoignages des habitants de Sainte-Thérèse !

A la découverte des usages

Dès la conception de l’expérience, nous nous sommes rendus compte qu’il serait impossible de détailler précisément toutes les données : chaque plante cultivée, chaque utilisation, pour chaque participant, cela n’aurait pas été lisible sur la carte. Nous avons donc fait le choix de conserver seulement trois données, le nombre de variétés, l’usage global et la localisation.

Cependant, dès l’arrivée des premiers visiteurs, nous avons découvert de multiples cas auxquels nous n’avions pas pensé. “Moi je fais du troc, alors je choisis donner ou vendre ?” “Et le don de graines, ça compte ?” Untel fait partie d’un jardin familial, un autre partage le sien avec ses voisins, un troisième squatte illégalement un bout de terrain inoccupé pour faire pousser ses légumes. Autant d’usages qui font la diversité de l’expérience.

Une habitante du quartier Sainte-Thérèse nous racontait par exemple qu’elle produit plus d’une trentaine de variétés de plantes aromatiques, qu’elle dépose sur le bord de la route avec un “pot d’honnêteté” où les passants sont invités à déposer une pièce ou deux après s’être servis. On n’est plus très loin du concept britannique des incredible edible, jardiner collectivement dans l’espace public et partager avec tous les fruits et légumes qui n’auront pas traversé le pays pour venir être mangés.

Le sujet des jardins familiaux est également beaucoup revenu dans les conversations, l’affaire des prairies Saint Martin ayant marqué les esprits.

Une expérience à renouveler

Collecter des informations individuelles avec les participants, pour construire une base de données, cela s’appelle du crowdsourcing. Ce mode de collecte existe sous bien d’autres formes et dans de nombreux domaines.

Lors de cette expérience, nous avons pu constater que le thème des jardins et potagers a attiré des publics très divers, sans connaissances particulières du crowdsourcing ou de l’open data. C’est également la conclusion de Simon Chignard qui a mené lors de Viva-Cités trois ateliers sur des thématiques diverses : choisir un angle précis et concret permet d’aborder en toute simplicité avec le public le sujet encore pointu de l’open data.

De plus, nous avions choisi de présenter la carte sur une structure physique : pas d’outil numérique, rien que du papier, du liège et des punaises. En enlevant cette barrière numérique, nous avons pu ainsi toucher tous les publics présents lors de l’évènement, ce qui aurait été plus difficile avec un écran d’ordinateur, un clavier ou une souris à appréhender avant de pouvoir ajouter un point sur la carte. Nous avons déjà constaté lors de notre atelier avec des élèves de CE2-CM1 que l’outil numérique n’est pas forcément nécessaire pour parler d’open data ou de visualisation des données.

Au vu des bons résultats de l’expérience et des retours enthousiastes, nous envisageons déjà de recommencer cette opération, pourquoi pas dans un autre cadre (un quartier précis de Rennes) ou sur d’autres sujets.

Partage et diffusion des résultats

Les données collectées lors de l’opération Jardin Ouvert sont rassemblées sous forme d’un fichier KML. Nous le proposons en open data, sous la licence “Licence Ouverte” : vous êtes libre de réutiliser, tranformer, republier ce fichier, à condition de mentionner l’auteur et la source de ces données (collectif Open Data Rennes).

Télécharger le fichier source .kml
Voir la carte sur Google Maps
Voir la carte sur Open Street Map

Les photos ainsi que les visuels de cet article sont publiés sous licence Creative Commons BY-SA : vous êtes libre de réutiliser, transformer, republier ces fichier, à condition d’en mentionner l’auteur (collectif Open Data Rennes) et de rediffuser les documents sous la même licence.


La dataviz et les enfants

Posted on

Comment parler de données et d’open data à de jeunes enfants ? Comment faire appréhender la visualisation de données à une classe de CE2 ?

C’est le défi que le collectif a relevé mardi dernier lors de l’évènement Viva-Cités. Un atelier ludique, sans outils numériques, pour faire découvrir à notre jeune public les joies de la dataviz.

Photo : Christophe Simonato, Ville de Rennes (source)

Ce matin-là, une classe de CE2 et CM1 d’une école de Rennes a découvert le village numérique de Viva-Cités. Alors que le premier groupe s’essayait à l’assemblage d’éléments électroniques sur le LabFab, le second s’est initié à la visualisation de données avec le collectif Open Data Rennes.

Notre objectif était de leur faire manipuler et mettre en forme des données. Sans imaginer les faire devenir de vrais designers en une heure, il s’agissait de leur faire rencontrer pour la première fois différentes manières de représenter l’information.

Pour cela, les deux piliers de notre atelier étaient les suivants :

  • faire manipuler des informations concrètes, simples, qui parlent aux enfants et faciles à décompter
  • oublier les outils numériques pour ce concentrer sur des objets manipulables : Legos, feutres et papier ont été nos supports de travail.

Une séance de découverte des données

Réunis autour d’une grande table, les douze enfants ont reçu un support papier sur lequel étaient préparées les formes des visualisations : cases à cocher, graphiques en barre, camemberts.

Après une rapide définition du mot “donnée”, nous sommes rentrés dans le vif du sujet. Nous avons abordé plusieurs thématiques au cours de l’atelier. Des caractéristiques visibles (garçon ou fille, lunettes ou pas ?) à des informations plus personnelles (le nombre de personnes vivant dans la maison, le nombre d’écrans de télévision), et les animaux de compagnie des enfants.

Pour chaque thème proposé, les enfants commençaient par construire leur information personnelle, et la reporter sur le support. Ils manipulaient également des pièces de Lego, en fonction de la donnée (une verte ou une orange pour le genre, autant de pièces que de télés…).

Ensuite, par petit groupe de 3 ou 4, nous avons regroupé ces informations et nous avons pu en faire une première visualisation. Les cinq animateurs du collectif ont accompagné les enfants dans leur appréhension des concepts.

Enfin, avec l’intégralité du groupe, nous avons repris certaines informations pour les rassembler, les ajouter, les comparer, les représenter. Est-ce qu’il y a plus de garçons ou de filles ? Combien d’enfants ont à la fois un chat et un chien ?

Nous avons conclu l’atelier en évoquant les données publiques, et en montrant l’application Qui sommes-nous ?, qui représentent à partir de données INSEE les différentes populations de Rennes Métropole.

Mission accomplie !

Faire appréhender la représentation de données à des élèves de primaire, qui n’ont pas encore acquis toutes les connaissances en mathématiques qui nous semblaient à la base indispensables (fractions, pourcentages), était un défi intéressant que nous avons relevé de notre mieux.

Les ateliers se sont très bien déroulés, les enfants intéressés, et d’ailleurs leur enseignant aussi !

Du côté des animateurs, l’avis est unanime : une expérience très intéressante, que nous aimerions renouveler à l’avenir, avec bien sûr des améliorations à apporter au support et à notre pratique.

L’expérience prouve dans tous les cas que quelque soit le public visé, les concepts d’open data et de dataviz sont plus attrayants et plus simples à expliquer lorsque l’on part avec un angle concret, une thématique à laquelle les participants s’intéressent et peuvent s’identifier.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le contenu de l’atelier, ou les sessions que nous pouvons proposer, n’hésitez pas à nous contacter à opendatarennes @ gmail.com.

Le support que nous avons utilisé est à votre disposition, sous licence Creative Commons BY-SA. Vous pouvez télécharger le fichier .pdf ou le fichier source .svg, vous pouvez le partager, le modifier et le réutiliser à condition de citer l’auteur (collectif Open Data Rennes) et de rediffuser les documents sous la même licence.

collectif Open Data Rennes, CC-BY-SA