Une cartographie des livres en bibliothèque

Posted on

Bonjour !

Tout d’abord, toutes nos excuses pour le peu de mouvements sur ce blog, et l’absence d’évènements grand public autour de l’open data sur Rennes. Ces évènements vont prochainement revenir, et seront bien sûr annoncés ici et via la Cantine Numérique.

Cependant, ce n’est pas pour autant que les membres du collectif se tournent les pouces : nous travaillons sur différents projets et nous essayons de donner régulièrement des nouvelles et des réflexions sur ce blog, comme le fait par exemple Sylvain sur son travail d’extraction des données du catalogue des Bibliothèques de Rennes (voir ses deux articles ici et ).

C’est également un retour d’expérience que je vous propose aujourd’hui, et qui portera aussi sur la bibliothèque… eh oui, c’est un sujet qui passionne plusieurs membres du collectif, d’autant plus que nos interlocuteurs sont très ouverts sur le sujet et acceptent volontiers de discuter de leurs données avec nous. Cet article est donc un récit de nos essais, nos réflexions et nos bidouillages sur notre nouveau projet.

Une carte de la bibliothèque des Champs Libres

La bibliothèque des Champs Libres à Rennes s’étend sur six étages et dispose de plus de 200 000 documents en libre accès. Notre idée de départ était de cartographier la bibliothèque afin de pouvoir repérer l’emplacement de chaque livre. Par exemple, après une recherche dans le catalogue, pouvoir indiquer au lecteur que l’ouvrage se trouve non seulement aux Champs Libres, mais à tel étage, et pourquoi pas dans telle étagère, tel rayon ?

3d

Un beau dimanche du mois de mars, quatre membres du CODRennes se sont donc retrouvés aux pieds de la bibliothèque. Papier et crayons en main, nous avons rapidement défini l’objectif : cartographier le quatrième étage (Littérature) de la bibliothèque afin d’indiquer précisément où se trouvaient chaque tranche de cote.

La cote est un système de classification des ouvrages, que l’on retrouve par exemple sur la tranche des livres. La classification de Dewey est la plus utilisée, et propose de diviser le fonds de la bibliothèque en dix classes, elles-mêmes subdivisées, etc.
Ce système est noté avec des chiffres, par exemple : 641.5 -> Livres de cuisine. Plus d’informations sur Wikipédia

Nous n’avions pas réfléchi au préalable à une méthode particulière pour notre prise de notes : nous nous sommes simplement réparti l’espace afin de travailler chacun sur une partie de l’étage.

A la fin de l’opération (cela a été assez rapide : un peu moins d’une heure), nous nous sommes retrouvés pour comparer les données collectées. Nous avons constaté que nous avions tous adopté à peu près la même méthode, qui nous semblait la plus logique. Dans un second temps, nous sommes revenus sur cette méthode, afin de la rendre la plus claire possible, compatible avec la partie technique (entrer les informations dans une base de données) et surtout reproductible pour les autres étages.

Une carte et des données

D’un côté, nous avons tracé un rapide schéma représentant l’étage vu du dessus, avec ses étagères et ses points de repère (porte d’entrée, poteaux, bornes informatiques).

Sans titre 4

D’autre part, il nous fallait représenter le contenu d’une étagère. Mais qu’est-ce qu’une étagère au fait ? C’est un meuble qui a deux faces, ces deux faces sont découpées en rayons et en colonnes, ce qui forme des cases.

Jelizawjeta_P._Bookshelf_1

Finalement, une étagère ressemble beaucoup à un tableau. Le plus simple est donc de ranger nos données sur papier dans des tableaux. Dans chaque case, nous avons indiqué les cotes que nous trouvions dans les cases des étagères.

Pour relier les tableaux à la carte, chaque étagère a un numéro, et ses deux faces s’appellent A et B.

Sans titre 3

Sur place, plusieurs questions se sont posées : jusqu’à quel niveau de détail est-il raisonnable d’aller ? (profondeur des cotes, position exacte du livre dans l’étagère, voire dans la case) Comment indiquer que plusieurs cotes différentes sont présentes dans une case ? Comment indiquer au contraire qu’une même cote s’étend sur des rayons, voire des étagères entières ? Comment gérer les cas spécifiques, les sélections, les périodiques, les BDs ?

Dans un premier temps, nous avons choisi de mettre de côté la Mezzanine (étage ados) et le rez-de-chaussée (étage enfants) car la disposition et la structure des rayonnages sont trop différents de ceux des autres étages.

Une première feuille de route pour cartographier

Lors d’une deuxième session, nous sommes retournés à la Bibliothèque pour tenter de cartographier les étagères de l’ensemble des étages. Le but n’était cette fois pas de relever les cotes, mais simplement de situer les étagères, et de noter combien de rayons et de colonnes chacune contenait.

cartobibli3

Nombre du bas : numérotation – nombre du haut : nombre de rayons en hauteur – longueur en petits carreaux : nombre de colonnes.

Nous avons entré ensuite ces informations dans un tableur, ce qui nous a permis d’arriver aux chiffres suivants : sur les cinq étages supérieurs de la bibliothèque se trouvent 135 étagères, soit environ 1000 rayons et un total de plus de 4000 cases !

A partir de ce premiers tableau, nous pouvons facilement générer et imprimer les tableaux vierges qui, associés à une carte de l’étage, vont permettre de continuer la collecte des cotes sur les autres étages de la bibliothèque. Avis aux bonnes volontés, si on organisait un atelier ? :)

Des idées d’applications

Au delà de l’idée de représenter de manière originale le plan des étages de la bibliothèque (tout est à inventer : un plan de métro ? des continents ? en 3D ?), nous avons envisagé la possibilité de représenter les informations de façon dynamique.

Par exemple, à la suite d’une recherche sur le catalogue, l’utilisateur apprend que le document qu’il cherche se trouve dans la bibliothèque des Champs Libres ou une bibliothèque de quartier. On peut alors imaginer lui suggérer la façon de s’y rendre, en transports en commun, puis lui indiquer exactement le chemin à parcourir sur place et dans les rayonnages pour trouver son bonheur.

maq

Ces informations pourraient également donner lieu à des jeux de piste, des statistiques…

Et ensuite ?

Ce petit projet est une très bonne expérimentation du principe de crowdsourcing, c’est à dire que les habitants peuvent aller directement chercher et construire les données. Il est facilement reproductible dans d’autres bibliothèques, d’autres lieux…

De notre côté, le travail n’est pas fini : nous souhaitons aller jusqu’au bout de l’idée et proposer des prototypes de représentations des données ou d’applications. Il nous reste donc plusieurs étapes :

  • Finir de collecter les cotes sur les autres étages
  • Entrer ces informations dans une base de données structurée
  • Relier les cotes entrées avec la classification Dewey afin de pouvoir manipuler des thématiques compréhensibles et non plus des chiffres (d’ailleurs, nous cherchons toujours une version brute des quatre premiers niveaux Dewey, en xml ou csv par exemple, si un de nos lecteurs a ça sous la main :) )
  • Concevoir et réaliser des visualisations avec ces données, en nous appuyant sur les idées et besoins des utilisateurs des bibli, mais aussi des bibliothécaires eux-mêmes
  • Renouveler l’expérience dans les autres bibliothèques de Rennes ?

Voilà pour un premier aperçu de nos préoccupations actuelles. Un évènement public sera organisé dans les prochains mois, et permettra aux personnes intéressées de voir l’avancement des projets et d’échanger avec nous et nos interlocuteurs à la Bibliothèque.

D’autre part, si vous souhaitez dès maintenant faire des remarques, poser des questions, ou nous aider sur les tâches listées ci-dessus, n’hésitez pas ! Toutes les idées sont les bienvenues, en nous contactant ou en laissant un commentaire ici-même.

A bientôt,

Léa

Sylvain (dit “l’Ingénieur”), Florian (Database Guru) et Benoît (let’s design this, fools)

 

Schémas et maquettes : Collectif Open Data Rennes, CC-BY.
Photo d’étagère : Jelizawjeta P., CC-BY, sur Wikimedia Commons

Creative Commons License
Collectif Open Data Rennes by Collectif Open Data Rennes is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 France License.

18 thoughts on “Une cartographie des livres en bibliothèque

  1. Complétement novice et inculte dans ce domaine, mais peut être que http://dewey.info peux aider pour construire le XML que vous cherchez ?

    Exemple :
    info sur la classe 100 : http://dewey.info/class/1/2009-08/about.fr
    info sur la classe 110 : http://dewey.info/class/11/2009-08/about.fr

    Infos sur le webservice en question : https://www.oclc.org/dewey/webservices.en.html :)

    Il y’a peut être moyen de faire un robot qui générerais tout ça pour avoir une copie locale.

  2. Pingback: un bouillon excessivement court et marron… | Et si j'essayais de passer un concours ...

  3. Pingback: Veille hebdomadaire – 05.05.13 | Biblio Kams

  4. Petite question ou remarque de celle qui est dans le métier… Comment ferez-vous quand les étagères imploseront ? les bibliothécaires sont des êtres qui aiment acheter des livres et compléter leurs rayons. Quand la classe 830 par exemple débordera sur l’étagère qui est derrière, comment mettrez-vous à jour votre cartographie ?
    N’est-il pas plus simple d’apprendre aux usagers à se repérer dans la classification Dewey ? ou de travailler sur une signalétique vraiment efficace et transparente pour les usagers ? (mais là je m’adresse à mes collègues…)

    • Excellente question :)
      Bien sûr, notre travail n’est valable qu’à un instant T. Il suffit d’une étagère qui déborde, ou même d’un déplacement du mobilier voire refonte complète d’un étage… pour que les informations ne soient plus à jour.
      Tu mets donc le doigt sur un point crucial : à terme, ce sont les possesseurs de la donnée, et donc la bibliothèque elle-même, qui devrait collecter, fournir, mettre à jour ces données. Notre travail est une expérimentation, une manière de soulever l’existence de ces données, et des idées :)

  5. Pingback: Une cartographie des livres en bibliothèque | la bibliothèque, et veiller

  6. Hello

    Il y a pas mal d’expérimentations ou de services basés sur le même principe. Peut être que cela pourrait vous aider.

    Un article récent (2012) dans la revue de référence des codeurs en bibliothèque:
    http://journal.code4lib.org/articles/6924
    From the Catalog to the Book on the Shelf: Building a Mapping Application for Vufind

    En France, depuis 2008, la BU d’Artois a mis en place le “Visual catalog”, qui permet de “visualiser” le contenu des étagères de certaines BU. Est-ce que vous connaissez ? Ce n’est pas très esthétique, et c’était le fruit d’une expérimentation qui est me semble-t-il au point mort, mais cela recoupe pas mal votre projet, pour ce que j’en comprends (la dimension opendata en moins…)
    http://visualcatalog.univ-artois.fr/vloc/vlocrdcsarr.htm

    Vous trouverez des infos et des exemples sur Google ou Google Scholar
    https://www.google.fr/search?q=mapping+library+collections&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a#client=firefox-a&hs=Ohq&rls=org.mozilla:fr%3Aofficial&sclient=psy-ab&q=%22mapping%22+library+opac&oq=%22mapping%22+library+opac&gs_l=serp.3..33i21.32225.32225.1.32612.1.1.0.0.0.0.54.54.1.1.0…0.0…1c.1.14.psy-ab.qnYJscfTmmU&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.47008514,d.ZG4&fp=52f58c9a2e90a3f0&biw=1680&bih=836

    Ex :
    http://journal.code4lib.org/articles/3072
    Map it @ WSU: Development of a Library Mapping System for Large Academic Libraries
    qui évoque le cas de cette BU américaine :
    http://elibrary.wayne.edu/search~S47?/cPQ+305+.S65+2009/cpq++305+s65+2009/-3%2C-1%2C0%2CE/frameset&FF=cpq++305+r6&1%2C1%2C
    cliquez sur la petite carte =>
    http://www.lib.wayne.edu/forms/maps/map_display.php?mapId=pbstk~PQ%20305%20.R6

    Autre exemple, avec une carte en 3D et animée (rigolo!)
    http://libcat.wichita.edu/vwebv/holdingsInfo?searchId=8653&recCount=10&recPointer=1&bibId=82660
    http://libcat.wichita.edu:8082/maps/?bbid=82660
    articles : http://www.white-clouds.com/iclc/cliej/cl24LDD.pdf ; http://soar.wichita.edu/bitstream/handle/10057/1253/locationandshelfmapping-Emerald.pdf;jsessionid=64A0D7A8A46EF1BEBF7009C207269302?sequence=3

    http://elibrary.wayne.edu/search~S47?/cPQ+305+.S65+2009/cpq++305+s65+2009/-3%2C-1%2C0%2CE/frameset&FF=cpq++305+r6&1%2C1%2C

    Pour ce qui est de la Dewey, vous avez trouvé? En version complète, elle est copyrightée, mais on doit pouvoir trouver les premiers niveaux assez facilement.
    L’idéal n’est de toute façon pas de partir de la Dewey brute, mais telle qu’elle est utilisée dans la bibliothèque, avec d’éventuelles adaptations ou simplifications. Les bibliothécaires doivent normalement avoir la liste des tranches cotes qu’ils utilisent.

    Mathieu / 27point7

  7. Salut
    Pour la Dewey, je suppose que vous avez trouvé ce qui vous faut. La version complète de la CDD est sous copyright, donc pas dispo en ligne gratuitement. Mais les premières divisions doivent se trouver. De toute façon le mieux est de partir des indices effectivement utilisés dans la bibliothèque : personne n’utilise la CDD de la même façon (simplifications et adaptations diverses…)

    Pour ce qui est de l’idée de cartographier les collections, vous pourrez trouver des exemples intéressants en France et surtout à l’étranger.
    En France, depuis 2005, le Visual Catalog de la BU d’Artois (pas très esthétique, et très très expérimental) :
    http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2005-04-0005-001
    http://visualcatalog.univ-artois.fr/vloc/vlocetageslen.htm

    Mathieu Saby / 27point7

  8. Je reposte le commentaire qui coince, en réduisant les URL :

    Ex aux USA :
    Université de Wishita
    article :
    bit.ly/12Bz1dr
    autre article : http://bit.ly/11fBYOm
    site : http://bit.ly/133rQv7
    => plan animé en 3D! http://bit.ly/14ZovP1

    Wayne state library system
    article : http://journal.code4lib.org/articles/3072
    site : http://bit.ly/11fC7RU
    => plan : http://bit.ly/171lOBk

    plus récemment dans Code4lib (une des revues de référence pour les geekeries de ce genre), un article sur une app mobile baties autour de cette idée à Yale, avec VuFind (un outil libre)
    http://journal.code4lib.org/articles/6924

    un autre article, plus vieux : http://bit.ly/18ocWTs

    Cela a aussi été fait par une bibliothèque Turque utilisant une version bidouillée de Koha (le SIGB de Rennes2) :
    http://bit.ly/10thItM
    carte : http://bit.ly/18od19M

    Mathieu

  9. Bonjour,
    Je vous invite à aller jeter un oeil sur les démo de ce site outre-atlantique.
    http://www.stackmap.com/
    Petit logiciel qui permet de localiser le document sur un plan de la bibliothèque au moyen d’un petit bouton “map it” dans le catalogue.
    Chaque salle peut-être cartographiée, on y détermine les étagères, quelle dewey y est recensée et le logiciel se débrouille avec les données rentrées dans le catalogue pour faire le lien.

    Bonne lecture.

  10. Je n’y connais rien en open data mais le logiciel de la bib peut faire un classement par côte. N’est-il pas possible d’extraire les données du logiciel et de lier chaque côte à une localisation sur un plan? Toutes les côtes 800 seraient liées à un champ 8 par ex. Et ce champ 8 représenterait un point sur un plan. Un plan sommaire pourrait suffire.

  11. je continue mon raisonnement, je ne connais pas le logiciel utilisé à la mediathèque de Rennes mais peut être gére t-il les modifications par lot de manière efficace… On fait une recherche sur l’ensemble des côtes 800 par ex. et lorsqu’on les a isolées on leur applique une modif, par ex. on leur rajoute un champ jusque là inutilisé par les bibs, un champ 900 dans le logiciel que l’on remplit par le chiffre 8. Une fois que l’ensemble des docs est classé sous les 10 grandes catégories dewey, on lie les fameux champs 900 qui contiennent 0,1,2,3 etc. au fameux plan simplifié.

    • Bonjour Delphine,

      Désolé pour un tel retard dans cette réponse. Votre idée est intéressante oui. Mais je ne suis pas certain que nous puissions simplement séduire la bibliothèque à plus de travail :p

  12. Bon je venais voir ce que vous aviez répondu à mes commentaires…bah ils n’apparaissent même plus….L’idéal serait de pouvoir travailler à partir de la base de données de la bib, un petit ordi dans un petit coin de la bib sur un petit créneau horaire…ça serait l’idéal sinon vous vous attaquez à un travail sisyphien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code class="" title="" data-url=""> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <pre class="" title="" data-url=""> <span class="" title="" data-url="">