18 juin : atelier pratique de réutilisation des données

Posted on

Bonjour à tous,

La rencontre de juin du collectif aura lieu le lundi 18 juin, à 18h30 à la Cantine Numérique Rennaise.

Pour cette dernière rencontre avant la trève estivale, nous vous proposons une session concrète de travail autour de la réutilisation de données ouvertes. Cette session est ouverte à tous : développeurs et graphistes bien sûr, mais aussi journalistes, étudiants, simple curieux, vous apporterez forcément un regard extérieur et des idées nouvelles aux projets.

Au début de la séance, plusieurs projets seront proposés. Si vous avez une idée, vous pourrez également en faire un pitch (2 minutes) pour donner envie aux participants de rejoindre votre équipe.

En fonction des personnes présentes, nous nous répartirons dans plusieurs projets, et nous aurons environ 1h30 pour commencer à créer quelque chose.

Voici les suggestions de projets que nous avons actuellement :

Nos élus rennais

Projet initié il y a quelques mois, nos élus rennais propose de reproduire le principe de NosDéputés, plateforme de Regards Citoyens, au niveau local, et de proposer aux habitants de consulter les prises de décision de leurs élus, les compte-rendus des conseils, qui a voté quoi… et pourquoi pas commenter, questionner, interagir plus directement avec la sphère politique rennaise ? L’avancement du projet vous sera présenté par Julien et vous pourrez rejoindre l’équipe pour apporter vos idées.

Les subventions aux assos de Rennes

Mathias s’intéresse au tissu associatif de la ville, et aux subventions qui sont fournies à ces associations tous les ans par la collectivité. Qui, quoi, combien ? Il souhaite visualiser ces données budgétaires afin qu’elles soient compréhensibles par tous. Vous avez des compétences en graphisme ou en développement web ? Vous savez comment fonctionnent une asso ou une collectivité ? Vous êtes les bienvenus pour aider Mathias !

Dessine ton plan de transports idéal

Benoît et Edouard sont passionnés de transports en commun, et s’intéressent particulièrement au réseau de bus et métro de Rennes Métropole. Mais Edouard a constaté qu’il était très difficile pour lui de rejoindre son lieu de travail en bus. Existe-t-il d’autres zones où les transports manquent ? Comment les mettre en valeur sur une carte ? Et si on pouvait modifier, retracer les lignes de bus pour améliorer le réseau ? L’idée de l’équipe est de proposer aux habitants de tracer sur une carte collaborative les trajets réguliers qu’ils effectuent, puis de de redessiner un réseau imaginaire. ça vous tente ? Rejoignez leur groupe !

La vie de la bibliothèque

Tout récemment, les statistiques de fréquentation de la bibliothèque de Rennes Métropole aux Champs Libres ont été publiées en open data. L’occasion de visualiser et d’étudier les flux de visiteurs dans la place. Quel jour y a-t-il le plus de monde ? A quel moment venir à la bibliothèque ? Si vous avez des idées de visualisation ou d’appli sur ce sujet, n’hésitez pas à nous rejoindre.

Vous avez d’autres idées ? N’hésitez pas à les proposer dès maintenant, en commentaire de cet article ou encore par mail à opendatarennes _at_ gmail.com.

L’inscription n’est pas obligatoire, mais pour faciliter l’organisation nous commencerons sans tarder à 18h30.

Il est préférable d’apporter son propre ordinateur. Une connexion wi-fi sera disponible.

A bientôt !

Léa


Prochaine rencontre : les données électorales (2ème partie : les outils)

Posted on

Bonjour à tous,

Camembert (Nataraja, CC-BY-SA)

Le prochain atelier du collectif se déroulera le mercredi 30 mai, de 12h30 à 14h, à la Cantine Numérique. Il fait suite à celui du 15 mai où nous avons échangé autour des données électorales et de leurs possibles réutilisations (voir le compte-rendu).

Lors de cette seconde phase, passons au concret :

Quels outils utiliser pour visualiser des données ?

Mettre en forme du texte ou des nombres, créer des graphiques ou des cartes ? Des logiciels ou services en ligne simples, accessibles à tous, pour montrer et cartographier les données, vous seront présentés par des utilisateurs aguerris : ce sera le moment de mettre les mains dans le cambouis et d’être initiés au monde merveilleux de la dataviz. Vous pourrez également échanger autour de vos idées et projets.

Si vous souhaitez tester ces outils en direct, il est conseillé d’apporter votre ordinateur à cet atelier.

 


compte-rendu de l’atelier données électorales (première partie)

Posted on

Bonjour à tous,

Ce midi s’est tenue la 5ème rencontre du collectif, autour des résultats des élections à Rennes en open data.

Nous étions 11 autour de la table, dont beaucoup de nouvelles têtes. Journalisme, informatique, sociologie ou encore communication, les domaines d’activité et d’intérêt étaient divers.

Le but de l’atelier était d’échanger autour des données électorales ouvertes, d’imaginer des réutilisations, des comparaisons ou des croisement de données possibles; et de partager nos éventuels problèmes et questionnements.

Avant cette rencontre, certains rennais avaient déjà dépouillé et visualisé les données électorales : en effet, Julien Joly de Rennes1720 s’est intéressé aux électeurs du FN lors de la présidentielle de 2012 et 2007 tandis que je réalisais une visualisation des résultats du premier tour de la présidentielle 2012.

En un peu plus d’une heure, nous avons pu aborder divers sujets autour des données électorales.

Tout d’abord, qu’il a-t-il vraiment dans ces données ? Pour rappel, les résultats des élections à Rennes depuis 2004 sont disponibles au téléchargement sur la plateforme open data de Rennes Métropole. Les résultats détaillés par bureau de vote, lieu de vote, canton et circonscription s’y trouvent.

Visualisation du score du FN au premier tour de la présidentielle 2012, Julien Joly

Au fait, comment ça marche un découpage électoral ?

Les questions que nous nous sommes posées tournaient moins autour du fichier de données que du fonctionnement même de la composition électorale. On sait que les électeurs sont rattachés à un canton et à un lieu de vote par la localisation de leur domicile, mais ensuite, de quelle manière les électeurs sont répartis par bureaux de vote ? Nous n’avons pas trouvé la réponse et recherchons des sources qui pourraient nous la donner. La réflexion qui en découle est que si cette répartition est géographique, avoir à disposition ce découpage serait appréciable.

D’autre part, nous savons que les découpages électoraux, des circonscriptions aux bureaux de votes, changent régulièrement. D’une élection à une autre, les bureaux de vote et leur nombre d’inscrits sont donc modifiés. Nous avons donc ressenti le besoin de connaître l’historique des mouvements des découpages électoraux, afin de connaître la création de nouveaux bureaux, le nombre d’électeurs déplacés à l’intérieur, ce pour chaque changement, afin d’être plus précis dans les analyses des chiffres.

Résultats par canton de Rennes au premier tour de la présidentielle, Auregann, CC-BY

Avec quoi comparer ces données ?

A eux seuls, les résultats électoraux de Rennes constituent déjà un sujet d’analyse intéressant. Cependant, on en voit rapidement les limites et l’on s’interroge sur d’autres informations à croiser avec nos résultats.

Les résultats nationaux par commune ? Ils sont  disponibles sur data.gouv..fr (et une visualisation sous licence libre a été faite par Poulpy 1er et 2nd tour)

Des données sociologiques ? Il n’y a qu’à fouiller sur le site de l’INSEE, mais attention  à la licence et la possibilité  ou non de réutiliser ces données. D’autre part, nous nous sommes posées la question de l’échelle des statistiques de l’INSEE. Par commune, par IRIS ? Cela peut-il correspondre au découpage par canton des résultats électoraux ?

Quant aux archives météo, proposées par Simon pour savoir si le taux d’abstention dépendait de l’ensoleillement au jour de l’élection, on peut trouver des pistes de réflexion sur Météociel ou encore Wunderground.

visualisation du candidat majoritaire par commune, Poulpy, CC-BY

Bon, et comment on fait ?

Une fois que l’on a les idées et les données, reste à trouver les outils pour visualiser ces informations.

Florian nous a notamment présenté TileMill, logiciel assez simple de prise en main qui analyse et visualise pour vous des fichiers géographiques.

Mais la démonstration de ces outils de visualisation est l’objet de notre prochain atelier, qui aura lieu le mercredi 30 mai, à 12h30 à la Cantine Numérique ! Des data-visualiseurs vous présenteront leurs logiciels fétiches, leurs trucs et leurs méthodes pour visualiser facilement des données.

En attendant, n’hésitez pas à échanger sur la page wiki du projet données électorales : ajouter de nouvelles idées, des données à croiser, celles qu’on a, celles qu’on a pas…

Si vous préférez, vous pouvez aussi tout simplement laisser un commentaire au dessous de ce billet de blog si vous avez une réflexion, question, opinion. Vous pouvez également nous contacter à tout moment sur opendatarennes [at] gmail [pt] com ou sur Twitter @opendatarennes.

Et sinon, quel thème vous plairait pour la dernière rencontre (18 juin) avant la trêve estivale ?

A bientôt !

Léa / Auregann


Prochaine rencontre : les données électorales (1ère partie : brainstorming)

Posted on

Bonjour à tous,

J’ai l’honneur de vous annoncer que la prochaine rencontre du collectif aura lieu le mardi 15 mai de 12h30 à 14h à la Cantine Numérique Rennaise.

La ville de Rennes a récemment publié en open data les résultats électoraux détaillés des rennais. Tous les scrutins depuis 2004 et par bureau de vote sont accessibles à tous. Consulter, analyser, visualiser, que peut-on faire avec les résultats électoraux ?

Lors de cette 5e rencontre, le collectif vous propose une session de brainstorming, échanges d’idées autour de ces données.

Source : Marcello Casal Jr/ABr sur Wikimedia Commons, CC-BY

Au programme :

  • Qu’il a-t-il exactement dans ces documents ?
  • Avec quelles autres informations peut-on croiser ces données afin de créer une valeur supplémentaire aux analyses ?
  • Où trouver ces autres données ?
  • Comment faire parler les chiffres ?

A partir des propositions des participants, nous pourrons former des équipes de travail autour des projets utilisant les données électorales. Vous êtes journaliste, étudiant, développeur, amateur de politique ou juste curieux ? Venez avec votre sandwich et toutes vos idées !

Dans la continuité de cette session, un second atelier sera organisé le 30 mai à 12h30 pour aborder les aspects techniques de la réutilisation des données : structure, outils de visualisation et de développement, ce sera le moment de mettre les mains dans le cambouis et d’être initiés au monde merveilleux de la dataviz.

Si vous avez déjà des idées de réutilisation ou de données à croiser, n’hésitez pas à les ajouter sur la page dédiée sur le wiki.

Pour toute suggestion ou question, vous pouvez nous contacter à tout moment avec un commentaire sur ce blog, à opendatarennes@gmail.com ou sur Twitter : @opendatarennes.

A très bientôt !


Compte-rendu de la rencontre Culture & Patrimoine

Posted on

Bonjour à tous,

Tout d’abord, merci à tous les participants de la rencontre culture, patrimoine, open data et open content qui s’est déroulée hier soir à la Cantine Numérique. Nous étions une trentaine de personnes, réunis autour de représentants de quatre acteurs culturels rennais (les Archives municipales, la Bibliothèque Rennes Métropole, la Criée et Transmusicales), et nous avons entamé des réflexions collectives autour des données et contenus ouverts, et des utilisations possibles dans l’avenir.

Introduction de la rencontre

Le support de présentation de la rencontre est disponible ici.

Nous avons commencé par rappeler rapidement les concepts d’open data (données ouvertes) et open content (contenus ouverts) qui se basent sur trois critères principaux afin que ces données et contenus soient accessibles et réutilisables :

  • l’accès en ligne à ces données / contenus
  • des formats ouverts, réutilisables, interopérables
  • une licence libre qui autorise le plus possible les réutilisations

Nous avons ensuite proposé trois exemples d’ouverture et réutilisations de données ou contenus, afin de montrer des exemples concrets et réussis, et donner quelques idées aux participants :

When should I visit ? Site de datavisualisation de la fréquentation des lieux culturels de Londres, qui indique par jour de la semaine le taux de fréquentation du lieu. Bon exemple de visualisation des données, mêmes si ces chiffres ne sont pas fournis par les institutions directement mais issues du réseau social FourSquare.

LibraryHack, concours organisé par des bibliothèques australiennes et néozélandaises, proposant entre autre de remixer des images anciennes tombées dans le domaine public. Un exemple de participation du public à la création culturelle.

Le Fonds Trutat : un partenariat entre Wikimédia France et la ville de Toulouse propose de téléverser ce fonds photographique sur la médiathèque libre collaborative Wikimedia Commons, afin que les photos soient mises en valeur, décrites et catégorisées par la communauté.

Les groupes de travail

Data & Contents Transmusicales

Nous avons ensuite proposé aux participants de se répartir en quatre groupes, chacun autour d’un ou plusieurs représentants d’un acteur culturel rennais : la Bibliothèque de Rennes Métropole, les Archives Municipales, le musée d’art contemporain La Criée, et l’association Trans Musicales qui organise le festival.

Ces groupes avaient deux objectifs :

  • établir une liste la plus exhaustive possible des données et contenus produits et possédés par la structure culturelle
  • réfléchir à des idées d’utilisation de ces données et contenus, en partant des besoins de la structure et des visiteurs

Chaque groupe était animé par une personne ressource et a produit en fin de session des notes que nous avons réutilisées pour rédiger les compte-rendus ci-dessous.

Nous avons également créé une page par structure sur le wiki du collectif, afin que les équipes puissent continuer à réfléchir et travailler sur leurs projets. Ces pages web sont librement modifiables par chacun, nous vous invitons à y soumettre vos idées. Vous trouverez les liens de ces pages ci-dessous.

Bibliothèque

La bibliothèque de Rennes Métropole dispose d’un important volume de livres et de données, et a la volonté d’en mettre à disposition une grande partie.

Les statistiques de fréquentation, des emprunts, des collections, sont d’ores et déjà en cours de mise à disposition en open data. D’autre part, un projet de bibliothèque numérique, plateforme agglomérant des écrits anciens ainsi que leurs métadonnées, accessibles et librement réutilisables, verra le jour courant 2012. La Bibliothèque est donc déjà assez avancée concernant sa réflexion autour du partage de la connaissance et de l’open data.

Cependant, des idées nouvelles ont germé dans l’esprit des participants : pourquoi ne pas récupérer des données autour des livres : les entrées, les sorties, les emprunts, leur géolocalisation, les dégradations et réparations des documents ? Le tout sans diffuser de données personnelles, bien sûr.

Parmi les idées d’applications évoquées, beaucoup tournaient autour de l’animation d’un réseau de lecteurs : flux d’information, aide à la recherche, suggestion de choix de documents, ventes ou dons, et pourquoi pas un réseau social pour échanger autour des livres, donner son avis, suggérer des lectures ?

Ceci est seulement un résumé, pour consulter toutes les idées, rendez-vous sur la page projet sur le wiki !

Archives

Les Archives Municipales sont une source de données très importantes, et disposent de compétences et de connaissances tout aussi importantes dans la gestion de ces données. De plus, depuis 10 ans les Archives de Rennes ont acquis une expérience dans la diffusion des données numériques à destinations d’un public très variés : particuliers, associations, entreprises, etc.

Comme toujours, il est aussi question de données personnelles : la nature de certains documents ne fait aucun doute, mais leur ancienneté (toute relative parfois) pose des questions légales.

Les Archives disposent d’un nombre impressionnant de documents (~170M documents, plus de 350Go de photos). Les supports sont très variés, certains documents ne sont pas numérisés, d’autre sont photocopiés. Par exemple : catalogues de documents, fonds publics et privés, notices, cartes postales… Les statistiques pourraient également être fournies en open data : fréquentation, types de publics, documents les plus ou les moins demandés…

Dans les idées d’utilisations, on trouve bien sûr la mise en valeur des contenus et fonds (cartes postales, photos, plans). Le besoin de rassembler les contenus et les personnes qui travaillent ou font des recherches dessus semble important.

Ceci est seulement un résumé, pour consulter toutes les idées, rendez-vous sur la page projet sur le wiki !

La Criée

La Criée est le centre d’art contemporain de Rennes et navigue dans de nombreux réseaux, locaux ou artistiques. Au menu de nos réflexions, au moins autant d’open data que d’idées d’animation des communautés par le numérique !

Tout d’abord, le lieu en lui-même offre une multitude d’informations : Histoire, plan, localisation, horaires, programmation, statistiques de fréquentation… Faute de pouvoir diffuser librement les œuvres, la documentation peut être utilisée : biographie des artistes, bibliographies, livres d’or… Pourquoi ne pas diffuser certains contenus sur le net et proposer aux publics de les améliorer ?

Le ton est donné, les idées vont fleurir autour de l’aspect collaboratif. traductions, signalétique, raconter sa visite… en un mot, impliquer le public avant, pendant et après sa visite du lieu.

Ceci est seulement un résumé, pour consulter toutes les idées, rendez-vous sur la page projet sur le wiki !

Trans Musicales

Atelier autour des Transmusicales.
Auteur : Florian Strzelecki
Licence Creative Common By

Festival de musiques, les données et les contenus sont nombreux et peuvent permettre un meilleur accès et une meilleur communication du public aux différents lieux et programmes des Transmusicales.

Hormis les statistiques et la programmation, on peut imaginer diffuser les budgets, les informations de transport, la consommation énergétique ou encore les projets qui se déroulent en marge du festival.

Avec 3 salles et une programmation chargée, les usages sont orientés principalement sur l’information auprès des visiteurs, et des réflexions sont à mener pour proposer quelque chose qui soit utile/intéressant pour les acteurs et amateurs de musique.

Ceci est seulement un résumé, pour consulter toutes les idées, rendez-vous sur la page projet sur le wiki !

Conclusion

Cette rencontre a été extrêmement riche, de tous points de vues. Nous remercions les représentants des acteurs culturels qui se sont prêtés bien volontiers au jeu de l’interrogatoire, les participants plein d’idées. Cet échange direct entre fournisseurs potentiels de données et réutilisateurs a fait émerger de nombreux sujets de discussion, et des projets qui pourront être poursuivis dans le temps.

Pour la suite, nous souhaitons rester en contact avec les acteurs culturels afin de les accompagner s’ils le souhaient dans leur démarche d’ouverture des données. Nous proposerons certainement d’autres ateliers sur le thème de la culture, car il reste bien  des sujets à aborder. Nous pouvons également organiser des rencontres spécifiques sur un thème plus précis ou autour d’un acteur en particulier.

En attendant, je vous donne rendez-vous le 30 mai à 12h30 pour notre prochain atelier sur le thème des données électorales.

Si vous souhaitez contacter le collectif, n’hésitez pas : en commentaire sur le blog, via Twitter (@opendatarennes) ou encore par mail (opendatarennes /at/ gmail.com), nous nous ferons un plaisir de vous répondre et vous conseiller.

A très bientôt !


Prochaine rencontre : culture et patrimoine

Posted on

Bonjour à tous !

Lauréat de LibraryHack, concours australien qui proposait de mixer des photos tombées dans le domaine public

La prochaine rencontre aura lieu mercredi 18 avril, de 18h30 à 20h à la Cantine Numérique.

Lors de cette 4e rencontre, le collectif vous propose d’échanger et d’inventer autour des données ouvertes et contenus ouverts dans le domaine de la culture et du patrimoine. Qu’est-ce que l’open data et l’open content ? Comment ouvrir d’avantage les contenus culturels ?

Nous proposerons des exemples concrets de mise à disposition des contenus, et des représentants des structures culturelles rennaises seront là pour échanger avec nous.

Vous aurez aussi le temps de laisser libre cours à votre imagination : quelles sont les données que les institutions culturelles peuvent partager ? Quelles idées d’applications autour de la culture ? Comment partager et mettre en valeur le patrimoine grâce à la communauté ?

Afin que nous puissions estimer le nombre de participants, merci de vous inscrire sur le site de la Cantine.

Pour toute suggestion ou question, vous pouvez nous contacter à tout moment à opendatarennes@gmail.com ou sur Twitter : @opendatarennes.

Enfin, n’oubliez pas que vous pouvez voter pour le thème de la prochaine rencontre sur le wiki !

A bientôt,

Léa / Auregann


Prochaine rencontre : comment devient-on datajournaliste ?

Posted on

Bonjour à tous,

Les deux prochains ateliers de travail du collectif auront lieu à la Cantine Numérique :

  • mercredi 21 mars, de 12h30 à 14h : Comment devient-on datajournaliste ?
  • mercredi 18 avril, de 18h30 à 20h sur le thème Culture et patrimoine

D’autre part, pour les personnes intéressées par l’organisation de ces rencontres, je vous propose un déjeuner pour discuter et organiser ensemble l’atelier Culture et patrimoine. Ce sera le vendredi 23 mars, point de rendez-vous à la Cantine à 12h30, merci de vous inscrire auparavant sur ce doodle.

Moi aussi maman, je veux être datajournaliste !

Je veux des données, tout de suite !

L’atelier de mercredi prochain portera donc sur le journalisme de données.

Qu’est-ce que le datajournalisme ? Quelles compétences faut-il ?
Comment transformer la donnée en information ?
Comment utilise-t-on les données mises en open data ?
Quels outils de data-visualisation ?

La rencontre sera avant tout un échange entre les journalistes qui font déjà de la data, ceux qui aimeraient le devenir, les développeurs qui bidouillent des données, et comme d’habitude, tous les visiteurs qui s’intéressent au sujet.

Apportez votre sandwich et venez en discuter avec nous !

A bientôt


Prochaine rencontre le 21 mars + Compte-rendu de la rencontre du 22 février

Posted on

Bonjour à tous,

Avant de vous proposer le compte-rendu de la rencontre d’hier, je vous annonce que la prochaine rencontre aura lieu le mercredi 21 mars de 12h30 à 14h à la Cantine Numérique. Sur quel thème ? Eh bien c’est à vous d’en décider ! Vous pouvez voter pour les propositions ou ajouter les vôtres sur cette page, le vote prendra fin 15 jours avant la rencontre afin de nous laisser le temps de préparer l’évènement.

Sur ce, voici donc un petit compte-rendu de la rencontre du collectif sur le thème “politique et citoyens” qui a eu lieu le mercredi 22 février à la Cantine Numérique rennaise.

Si j’en oublie des morceaux, n’hésitez pas à ajouter vos précisions en commentaire.

Nous étions 25 présents hier soir à la Cantine pour cette seconde rencontre du collectif. Autour de la table, nous avons eu le plaisir d’accueillir à la fois ceux qui commencent à devenir des “habitués” du sujet, mais aussi d’autres citoyens curieux, informaticiens, journalistes, et également plusieurs agents de la ville de Rennes et Rennes Métropole comme Bernadette Kessler, responsable du service Innovation Numérique et en charge de l’open data à Rennes, Romain Joulia, directeur des Archives Municipales, et sa collaboratrice Jocelyne Denis-Gouyette, qui ont pu répondre à certaines de nos questions sur l’ouverture des données publiques.

Nous avons d’abord discuté des compte-rendus des conseils municipaux, que certains habitants souhaiteraient voir ouverts en open data. Rappelons que ces compte-rendus sont déjà mis en ligne et accessibles à tous sur le site de la ville de Rennes. Le débat était donc : les compte-rendus sont ils des données publiées mais non reconnues comme de l’open data ? Ou des données susceptibles d’être placées en open data ?

La discussion s’est ensuite portée sur les documents officiels et documents d’archives ; peut-on les placer en open data sachant que cette copie du document n’aurait plus sa valeur validée et officielle ? Y a-t-il un moyen technique de tracer la fiabilité, l’authenticité d’un document ?

Ensuite, Julien Joly de Rennes1720 a présenté de nouveau son projet Nos Elus Rennais, qui recenserait les données concernant nos élus, leur présence et leur votes lors des conseils, et qui servirait également de plateforme de débat pour les citoyens autour de ces décisions. Beaucoup de questions ont été posées autour de ce projet : que produit le site ? Quelle valeur ajoutée ? Est-ce une agrégation de données brutes ou une analyse ? Et puis d’abord, qu’est-ce qu’une donnée brute ? Comment créer le débat à partir de ces données ?
Le projet est toujours en phase de réflexion et d’amélioration, je vous propose d’aller donner votre avis et vos suggestions sur la page dédiée sur notre wiki.

Une question a été posée à Rennes Métropole concernant la procédure pour faire remonter des demandes de données que les habitants souhaiteraient voir ouvrir en open data. Bernadette Kessler a répondu que la plateforme de la collectivité était cette interface de dialogue, via le forum par exemple. Le collectif OpenDataRennes est également là pour agréger et faire remonter les demandes que chacun peut formuler sur la page “liste des données” du wiki.

Dans les données qui ont été demandées par les personnes présentes lors de la rencontre, on retrouvait notamment des informations concernant les travaux de voirie de la ville, leur localisation, leur durée, mais également les choix et les budgets de ces opérations, et pourquoi pas les études prospectives pour les travaux à venir dans la ville.
Une carte des travaux en cours est déjà disponible sur l’outil GéoRennes via le site de la ville, mais les données ne sont pas encore accessibles et réutilisables.

Nous avons également évoqué la localisation des antennes-relais dans la ville. Une carte des emplacements est encore une fois consultable sur rennes.fr et une association, Alter-Ondes 35, étudie la pollution électromagnétique.

Enfin, nous avons évoqué plusieurs projets existants tels que la Carte Ouverte, carte interactive et collaborative proposée par la Maison de la Consommation et de l’Environnement de Rennes, ou encore Many Eyes, plateforme de datavisualisation réalisée par IBM.

Merci encore à tous les participants, et en attendant la prochaine rencontre, n’hésitez pas à participer aux projets sur le wiki. Je vous laisse avec un article d’Erwan Alix qui a assisté à la rencontre d’hier et nous donne son point de vue de journaliste sur les données ouvertes.

A bientôt !

Présentation réalisée par Auregann pour la rencontre du collectif OpenDataRennes de janvier 2012. Licence CC-BY-SA

Présentation réalisée par Auregann pour la rencontre du collectif OpenDataRennes de février 2012. Licence CC-BY-SA


Open Data péRennes, par OWNI

Posted on

Cet article a été publié le 21 février par OWNI sous licence Creative Commons-BY-NC-SA. Auteur : Sabine Blanc. Voir la source

OWNI s’est un peu installé à Rennes, première municipalité de France à libérer ses données et à adhérer au mouvement open data. C’était il y a un an et demi. Passé le buzz médiatique, il faut tenir la longueur pour se montrer à la hauteur du défi. Un collectif vient de se monter pour sensibiliser tous les acteurs.

Ce mercredi à Rennes, les mordus de l’open data réunis dans un collectif se retrouvent à la Cantine numérique rennaise sur le thème “politique et citoyens”. Ils se sont réunis pour la première fois en janvier, en complément de l’action de la municipalité, pionnière dans l’ouverture des données en France. Car après le braquage médiatique des projecteurs, l’open data est une course de fond en réseaux combinant acteurs publics, société civile et secteur privé.

Rennes Métropole et la Ville de Rennes ont lancé leur plate-forme en octobre 2010. La ville a une réputation forte en matière d’innovation technique dans le domaine des TIC, ah les premiers pas du Minitel… Qui n’échappe à personne. D’ailleurs, faut-il y voir un symbole, l’open data est rattaché à la direction générale de la communication.

Le microcosme – dont OWNI – est en ébullition devant le spectacle des données libérées,  celles du réseau STAR, le service de transport en commun de Rennes Métropole, et du service LE vélo STAR et les données d’informations pratiques géolocalisées de 1.500 organismes publics et associatifs.

Dans le même temps, un concours d’application est organisé, avec une belle dotation de 50 000 euros, et une participation à l’avenant. Au final, 43 applications et services seront développées par un premier noyau de communautés rassemblant codeurs, professionnels et amateurs. Avec de belles réussites parmi les lauréats, comme Handimap, application pour faciliter le déplacement des handicapés mais aussi… des doublons.

Obstacle financier

Passée la phase de communication enthousiaste donc, “il faut s’inscrire dans la durée, pérenniser la collecte des données et des services, mettre en place des éléments d’animation en privilégiant les usages”, explique Bernadette Kessler, responsable du service innovation numérique qui chapeaute le projet open data. Dans ce sens, une première réunion des collectivités impliquées dans l’open data a d’ailleurs eu lieu au début du mois.

Le développement des applications se heurtent à un obstacle financier. Elles ne sont pas rentables à un si petit échelon. Comme le détaillait Silicon Maniacs :

Dans la capitale bretonne, les applications les plus populaires culminent aujourd’hui à 5 000 téléchargements. Tout juste de quoi espérer quelques centaines d’euros de revenus publicitaire par mois, pour un investissement qui s’élève souvent à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Ce n’est pas tout que les applications soient prévues pour intégrer les données d’autres villes, encore faut-il que des données similaires soient disponibles. Claire Gallon estime qu’il faudrait une douzaine de sets identiques. Or “concernant les données des transports, seul Rennes et Bordeaux les ont libérées”, déplore Bernadette Kessler à titre d’exemple. Le marché est donc en cours de construction, au fur et à mesure que les collectivités locales se lancent. Cet automne, la communauté  urbaine du grand Toulouse, Nantes ou bien encore le conseil général de Saône-et-Loire s’y sont mis, entre autres. (voir la carte complète). Sans oublier le portail national Etalab. D’autres ouvertures sont prévues, La Rochelle, Brest ou le conseil général du Maine-et-Loire, etc.

Fallait-il pour autant attendre que plusieurs villes ouvrent leurs données pour se lancer ? Attention usine à gaz, mieux vaut appliquer les principes de la doocracy, faire plutôt que dire. “Ils auraient mis beaucoup plus de temps”, prévient Claire Gallon, de l’association nantaise LiberTIC, acteur historique du mouvement open data en France issu de la société civile. “La plate-forme régionale se heurte à la difficulté du mille-feuille, cela pose problème si un acteur manque”, rajoute Simon Chignard, vice-président de la Cantine numérique, président de l’association Bug et futur papa d’un livre sur l’open data. Ce qui n’empêche pas de construire une plate-forme locale, “intéressante car elle sert d’outil d’animation”, poursuit Claire Gallon.

Pédagogie

Depuis avril, l’entrepôt des données attend une mise à jour, qui devrait arriver dans les semaines qui viennent. “Sur 300 jeux de données libérés en France, 113 l’ont été à Rennes”, tempère Simon Chignard. N’empêche qu’il faut faire face à deux problèmes. D’un point de vue technique, la mise est forme est longue. Et il faut convaincre les services de  libérer les données, long travail de pédagogie pour expliquer les enjeux et introduire cette nouvelle culture, toute en souplesse et réactivité, avec des nouveaux outils de communication comme les réseaux sociaux. Officiellement, “il n’y a pas plus de problème qu’ailleurs, au contraire, il y a un accord général”, avance Bernadette Kessler. Dans la réalité, c’est un peu plus compliqué, comme l’explique Simon Chignard :

Même en étant pro open data, je comprends leurs craintes. Les services publics n’ont pas envie de se faire taper dessus.

Certaines personnes ont encore en mémoire l’exemple de l’application Check my metro, qui avait donné des frissons à la RATP, au point qu’elle avait demandé à Apple de la retirer de l’Appstore : plus efficace que celle de la RATP, elle permettait aussi de signaler les contrôleurs. “Mais si on ouvre pas, cela se fait justement de façon sauvage” ajoute Simon Chignard.

La question de l’animation de la communauté demeure centrale.“C’est encore en discussion, explique Bernadette Kessler. C’est une grosse organisation et il faut faire le suivi des applications derrière. Ce ne sera pas en 2012 pour des questions de budget et de temps. Pourquoi pas le faire avec une autre ville ou lancer un appel à projet.”“À Washington, ils ont organisé deux concours puis plus rien, détaille Simon Chignard. En revanche, à New York, ils en sont à trois concours. On peut faire des petits challenges, par catégorie, par exemple.”

Pour que l’open data poursuive son essor, il faudrait aussi que les associations et les entreprises jouent le jeu. Or Rennes a fait un choix : ce n’est pas à eux de prendre en charge la sensibilisation de ces acteurs. Bernadette Kessler justifie :

Je ne peux pas me substituer au milieu associatif et au mouvement de l’open data. À Rennes, la société civile n’est pas forcément au fait, il faudrait qu’il y ait un LiberTIC à Rennes.

Prendre le relais

Et ça tombe puisque depuis cet hiver, la société civile prend le relais, sous la forme de ce collectif qui organisera la rencontre de ce mercredi à la Cantine numérique. Il se passe donc un processus inverse à celui observé à Nantes, où une association forte, LiberTIC, dont la notoriété dépasse la région, avait pris les devants. “Une vingtaine de personnes étaient venues à la première réunion. Nous avons lancé des invitations aux élus pour l’événement de mercredi, plusieurs ont répondu”, se réjouit Léa Lacroix. La jeune femme a une double casquette, qu’elle ne mélange pas : face pro, elle effectue un stage au service open data ; face perso, elle s’occupe de l’association.

“Après le concours, “il y a eu un moment de flottement”
, constate Simon Chignard. Le relais est en train d’être pris par des gens qui ne codent pas. Il y a par exemple des gens de l’économie sociale et solidaire.” Et aussi des journalistes. Non pas issus de la presse locale, semble-t-il plus préoccupée par les apéros Facebook géants que sur les données du budget. Des journalistes indépendants vont bientôt s’attaquer à ce nouveau terrain, rassemblés sous le nom de Rennes 1720. Une allusion au grand incendie qui ravagea la ville, prélude forcé à une modernisation. Mieux vaut prendre les devants, bis.

Cet article a été publié le 21 février par OWNI sous licence Creative Commons-BY-NC-SA. Auteur : Sabine Blanc. Voir la source


Rencontre du 22 février : le thème sera “politique et citoyens”

Posted on

Bonjour à tous !

Comme vous le savez (ou pas), la prochaine rencontre du collectif aura lieu le mercredi 22 février, à partir de 18h30 à la Cantine Numérique.

Je vous remercie encore une fois pour l’intérêt que vous portez au projet et votre présence en nombre à la rencontre de janvier.

Afin de structurer un peu ces rencontres, je vous propose de choisir un thème pour les rendez-vous à venir. Cela permettra d’encadrer et d’affiner les projets sur lesquels nous travaillerons pendant cette rencontre.

Cela ne se veut pas être une restriction, ni frustrer les porteurs de projets, aussi, si vous avez une idée géniale à nous proposer, vous pourrez quand même le faire durant la rencontre. Les projets portant sur le thème de la session seront simplement prioritaires.

Bien sûr, le choix des thèmes est collaboratif, j’ai donc créé une page sur le wiki où vous pouvez voter pour le thème de la prochaine rencontre. Vous pouvez même décider de ne pas avoir de thème ;)

En extrapolant sur les centres d’intérêt des participants à la précédente rencontre, nous avons choisi pour la rencontre du 22 février le sujet “politique et citoyens”.

C’est un thème assez vaste qui peut toucher autant les actions politiques, les actions citoyennes, la manière dont les habitants voient la politique, les élections, les partis…

Nous vous proposons donc de venir avec vos idées, vos envies, vos questions, et nous aborderons tous ces sujets lors de la rencontre du 22 février.

Voici les projets déjà en cours de réflexion sur le wiki :

Nos élus rennais (idée présentée lors de la dernière rencontre par Julien)
Projet de cartographie des institutions publiques

Mais également  :

  • et si on avait les chiffres résultats des élections en open data ?
  • et si on avait les arrêtés municipaux ?
  • et si on avait les compte-rendus des conseils municipaux ?

…et toutes les idées que vous nous présenterez.

En attendant le 22, n’hésitez pas à venir enrichir les projets sur le wiki, voire en créer de nouveaux. Vous pouvez également enrichir la liste des données à ouvrir.

Si vous avez le moindre souci, ou encore des questions, vous pouvez me contacter via @opendatarennes sur Twitter ou par mail.

A très bientôt pour faire bouger l’open data rennais !